Questions récurrentes

Ma fidèle collègue

«C’est pas trop dur la nuit ?»

«C’est un rythme à prendre.»

          Question lambda, réponse lambda. Depuis un peu plus de deux ans que j’exerce ce fabuleux métier, on m’a souvent posé cette question compatissante. Les clients habitués s’inquiètent sincèrement pour leur vaillant veilleur et les occasionnels sont juste surpris de me voir derrière la réception à leur arrivée et à leur départ. Pour les plus curieux, je détaille les avantages et les inconvénients, ça leur fait un peu de socio de réception à répéter lors des diners familiaux. Je vois bien que certains commerciaux exténués ou d’autres catégories de bosseurs acharnés envient un peu cette activité de branleur professionnel. Je constate également que beaucoup me plaignent.

Derrière la réception, le paradis pour certains, l'enfer pour d'autres...

          Tout d’abord, je suis seul et peinard sans patron sur le dos. Je croise parfois un responsable de la direction quelques minutes le matin et lui rapporte, s’il y a lieu, les éventuels incidents de la veille. C’est extrêmement rare.
Seul donc et sans trop de travail. Ma tâche première consiste à enregistrer les arrivées sur l’ordi, donner les clés aux clients et les faire payer le matin quand ils partent. À côté de ça, je prends quelques réservations par téléphone, sers deux trois boissons au bar, sors les poubelles au petit matin et prépare, en une petite demie heure environ, le buffet pour le petit déjeuner. Sans rire, les nuits où l’hôtel est plein, ça doit donner, grand maximum, deux heures de boulot effectif. Cela me laisse beaucoup de temps de loisir lequel j’emploie principalement à lire, regarder des films et zoner sur le web. Travaillant à temps plein, trois ou quatre fois 12 heures par semaine, cela me laisse donc des week-ends tout aussi longs.

Ma femme prépare fébrilement le week-end

«Vous arrivez à dormir un peu quand même ?»

          Et comment ! La plupart du temps, je dors environ deux à trois heures par nuit. Durant l’hiver, les clients rentrent plus tôt et je bats des records. La semaine dernière par exemple, sur 48 heures de boulot, j’en ai dormi presque 20 ! Payer à roupiller quasiment la moitié de son temps de travail, qui dit mieux ? Sans déconner, dans la tranche de salaire SMIC horaire ou un poil plus, c’est certainement l’activité la plus rentable et la moins pénible.
Je ne suis pas à l’abri de groupes à l’arrivée tardive ou de joyeux drilles qui insistent pour continuer de s’arsouiller au bar mais dans le meilleur des cas, cela arrive assez souvent, on m’offre un verre ou deux et la nuit passe plus vite.

À la tienne, Vaillant Veilleur !

«Vous faites quelque-chose à côté ?»

          Le revers de cette glandouille nocturne, c’est de vivre en décalé. J’ai pris le rythme mais je suis à l’ouest. Il est extrêmement rare que je reprenne un cycle normal de sommeil durant mes jours de repos. Je ne fais plus de vraies nuits réparatrices mais juste quelques siestes comateuses qui influent quelque-peu négativement sur mon humeur et ma vie sociale en général.
Ne négligeons pas non plus l’ennui à l’hôtel. Que faire à 2 heures du mat’ quand le bouquin s’avère chiant, le film mauvais et que le surf hasardeux a épuisé ses ressources ? Les nerfs montent, je n’arrive pas à trouver le sommeil, et moins j’arrive à trouver le sommeil, plus les nerfs montent… Le cercle vicieux de l’insomnie. Résultat, je me retrouve défait pour les départs et de mauvais poil pour la journée qui commence et que je vais fatalement passer au lit. Difficile donc d’avoir une autre activité salariale ou de poursuivre des études assidues en parallèle. L’idéal est en fait de tout mettre en œuvre afin d’occuper intelligemment ses heures de travail. Je crois avoir trouvé un truc pas trop mal : je rédige ce blog.

L'aventure littéraire

Publicités

~ par vaillantveilleur sur 26 décembre 2011.

4 Réponses to “Questions récurrentes”

  1. c’est un vrai plaisir que de vous lire

  2. Jeune padawan, deux ans derrière le comptoir, ce n’est pas grand-chose. Attends de voir quand t’auras bossé le double. Ton opinion changera… Ton corps s’aplatira, plié aux exigences du fauteuil; ton visage se fera de plus en plus flasque, et tes pensées de plus en plus sombres…
    Bientôt le médecin, tel un flic, t’arrêtera pour dépression nerveuse.
    Que faire une fois sorti de cette prison?

    • Cher Petrucciu, quasiment 2 ans et demi à temps plein et j’ai tenu tout le long sans trop d’états d’âme, comme je le dis dans mon billet, comme « sale boulot », on a vu bien pire…

      Je te souhaite courage et ténacité pour ton retour derrière une réception en 2012 ! Puisse tes lectures te faire tenir plus longtemps que d’habitude ou t’orienter vers une nouvelle activité inédite et originale.

      Que la force soit avec toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :