Le type du linge

           Je suis réveillé en sursaut par la sonnette, sur mon portable, je lis 1h23 et me lève ensuqué du très confortable canapé sur lequel je passe une bonne partie de mes nuits. C’est le type du linge, je le sais déjà et déjà je peste en marmonnant «Putain, pas ce con…».

          Même cirque deux fois par semaine, il déboule entre minuit et deux heures avec ses gros chariots à roulette plein de draps et de serviettes propres, les descend au sous-sol dans le local dédié et repart avec autant de chariots de linges sales. Il est vraiment bizarre ce type du linge… La trentaine, de type Européen, un bon mètre quatre-vingt-cinq pour quatre-vingt dix kilos, des yeux marrons de bovins et un sourire d’authentique idiot. Sans oublier la boule à zéro soigneusement entretenue au rasoir, pour atténuer sa déjà si maigre couronne de cheveux. Derrière le crâne, une longue cicatrice reliant quasiment chaque oreille résultant peut-être d’une vilaine chute, d’un passage à tabac ou d’une lobotomie.

La prison roulante du livreur de linge

            Je me souviens de ses débuts, il y a environ un an, le mec était déjà super bavard. Il semblait vraiment s’intéresser à l’hôtellerie et me posait donc des questions passionnantes, pas uniquement pour faire la conversation, sur le taux de remplissage, la nature des clients, le prix des chambres, mes occupations nocturnes… D’habitude pourtant, j’aime bien papoter avec les travailleurs venus de l’extérieur, ça anime un peu la nuit ! Le type du linge avant lui, par exemple, était devenu un bon camarade. On parlait parfois une heure en fumant des clopes et en mangeant des viennoiseries. Il y a même un de ses collègues (le type du linge d’avant encore) à qui ça manquait tellement qu’il faisait un crochet par son itinéraire pour partager avec nous quelques crêpes ou autres friandises que sa femme avait concocté spécialement pour nous ! Dans les cossus fauteuils du bar, nous rigolions un bon bout de temps sur ces radins de patrons et ces cons de politiciens. Puis, leur boite a fait faillite durant mes congés d’été et je n’ai même pas eu l’occasion de leur dire au revoir.

Tous les dimanches, c'était crêpe party !

            J’ai tenté de sympathiser aussi avec le nouveau, du coup, dès fois qu’on se trouve des affinités entre bas salaires de noctambules. Au bout de quelques semaines, j’ai fait un effort et lui ai demandé s’il voulait boire quelque-chose, «Ah oui, c’est pas de refus !». Direction la cuisine pour un jus de pamplemousse, c’est en apercevant le petit paquet des viennoiseries de la veille qu’il entra dans une joie folle : « Oh tu sais, j’adore les viennoiseries, surtout les pains au chocolat ! ». Bien sur qu’il pouvait se servir, les femmes de chambre jettent les restes à leur arrivée de toute façon…

          Je l’ai lancé sur son week-end et il m’a décrit avec force et frénésie, durant de longues minutes, qu’il l’avait passé sur un jeu en ligne où l’on doit shooter des petites bestioles, que le sang gicle partout, que c’est très amusant, qu’en passant les niveaux on pouvait acheter de nouvelles armes pour les exploser encore plus vite et que ça giclait encore plus fort. Ses yeux marrons ronds s’injectaient de sang et gigotaient enfin dans leurs orbites, son sourire de benêt devenait carnassier et baveux. Depuis cette nuit, quand il a fini de remonter le linge propre et qu’il me pose la question désormais rituelle : « J’peux boire un jus ? », je ne bouge plus de ma réception et lui réponds calmement : «Pas de souci, tu connais le chemin».

Le type du linge s'entraine au carnage

Publicités

~ par vaillantveilleur sur 16 janvier 2012.

Une Réponse to “Le type du linge”

  1. Un travail routinier, comme à l’hôtel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :