Lundi 31 Décembre 2012

          Pour les deux derniers réveillons du nouvel an, malheureux hasard du calendrier, j’étais de service… Hôtel plein et touristes très exigeants de tous pays et qui rentreraient certainement complètement pétés au petit matin ! Rien d’alléchant donc, hormis la double paye, qui serait, de toute manière, dilapidée rapidement les jours suivants afin de rattraper mon retard sur cette fameuse nuit tant prisée des fêtards !

            C’était sans compter sur mes amis qui m’ont mis le pied à l’étrier pour ce qui allait être, finalement, deux de mes meilleurs réveillons…

Les joies de l'amitié

Des amis pour la vie

          Lundi 31 Décembre 2012, une bonne partie de ma clique déboule vers 21 heures avec moult champagnes et machins à grignoter. Nous nous installons autour d’une table dans la salle du bar, à l’abri des caméras de surveillance, et commençons sans retenue à trinquer bruyamment ! La réception n’étant pas à portée de vue, je tâche de garder une oreille disponible pour entendre les allées et venues des clients, entrants ou sortants, afin de récupérer leurs clés et répondre à leurs interrogations idiotes sur le meilleur endroit où beugler le fabuleux décompte…

          Un petit groupe n’a cependant pas besoin de mes conseils de Parisien moqueur… Trois jeunettes habillées de robes ultra-légères et vulgaires traversent le bar sur leurs très hauts talons et ma bande, déjà pas mal grisée, ne peut s’empêcher de ricaner hors cape. Je leur emboîte le pas, le regard vissé sur leurs petits culs ondulants et leur affirme qu’il est plus sûr de me laisser les clés… La Chef, une jolie blonde très pulpeuse et sure d’elle dépose son monstrueux décolleté sur la réception en m’expliquant qu’elles vont au Queen pour passer une nuit de folie ! Je les y encourage en riant mais appréhendent néanmoins leur retour éventuel accompagnées par de vilains zozos…

Let's go to the QUEEN !

Miroir, miroir, dis-nous qui est la plus bonne pour aller au QUEEN ce soir ?

          Vers 0h30, alors que l’alcool s’est bien écoulé et que la fête bat son plein de notre côté, les voilà qui reviennent complètement dépitées ! Je me précipite à la réception pour tâcher d’en savoir un peu plus…

          La Chef m’explique que c’est la faute du Boulet qui a oublié de prendre sa carte d’identité et que, du coup, elles se sont faites refouler comme des merdes ! Sa Seconde acquiesce et en rajoute sur le grave manquement du Boulet qui s’excuse pour la dixième fois et ne sait vraiment plus où se mettre…

        « Non mais vraiment Boulet, tu te rends compte ! On vient de Normandie avec ma caisse sans le dire à nos parents pour faire enfin une vraie fête sur Paris et toi, comme une conne, tu fais tout foirer ! »

Désolée les filles...

Désolée les filles…

          Je m’amuse pas mal de cette révélation et les encourage à y retourner avec la fameuse pièce d’identité indispensable pour entrer dans la caverne d’Lady Gaga mais, trop blasées et très énervées, elles préfèrent se retirer dans leur chambre…

          Mes amis, eux aussi, ne tardent pas à prendre le large, tous plus rôtis les uns que les autres, pour rejoindre d’autres fiestas… J’apprendrai le lendemain que seulement l’un d’entre eux aura continuer la biture jusqu’au petit matin, le restant ayant préféré ne pas succomber aux sirènes festives obligatoires et rentrer sagement dormir… Mes amis sont raisonnables.

          Me voilà donc seul et saoul, avec sur les bras un bon fond de vouvray et encore deux grandes bouteilles de Goudale non entamées… Moi qui m’étais promis de ne pas trop me la coller, je me résigne avec joie à continuer de tiser tranquillement au bar, sans oublier d’aller checker régulièrement la réception, clope sur l’oreille, pour souhaiter l’happy new year aux clients sur le retour !

happynewyear

          Mes amis barrés, le rez-de-chaussée devrait être parfaitement calme mais il règne un boucan du tonnerre dans la suite 3 places, attenante au bar, occupée par les petites Normandes. Faut croire qu’elles ont fait la paix et fêtent tout de même dignement leur réveillon Parisien ! À mesure que mon alcoolémie grimpe, mon désir d’aller les visiter également ! Mais le dilemme est fort, il reste pas mal de clients dehors et je ne peux décemment pas pénétrer dans une chambre, fusse-t-elle celle de trois jeunes femmes avinées et m’éloigner de la réception… Après un énième verre, je me décide enfin à aller frapper à leur porte pour tâter le terrain…

          Je baragouine un « Hey les filles ! » très approximatif qui confirme ma rôtisserie certaine auquel la Chef répond du tac-o-tac, en éteignant la musique et gueulant à sa Seconde et au Boulet de se taire :

           « – Désolé… On fait trop de bruit c’est ça ?! 

            – Non non, pas du tout… Mes amis sont partis et il me reste quelques bouteilles…  Je m’ennuie un peu et je vous entends faire la fête… Je voulais vous inviter à boire un verre au bar, si ça vous dit… »

          Un silence court et apparemment réfléchi suivi d’un « On arrive ! » tonitruant achève de me convaincre que le réveillon se passe décidément à merveille !

          Cinq minutes plus tard, les trois cocottes déboulent en pyjama, avec un gros cubi de rosé à peine entamé en insistant pour me payer des coups avec ce breuvage de barbecue d’été. J’ai toujours eu un faible pour le rosé et ne me fais donc pas prier. « Bonne année les filles ! »

Le secret des bonnes fêtes !

Cubi à traire

          Le mélange me monte à la tête tout comme la conversation, elles sont toutes surexcitées de sortir enfin de leur chambre mais il n’y a quasiment que la Chef qui l’ouvre…. Elles ont donc 18 ans, le Bac en poche depuis Juin dernier, adorent faire la fête mais se font gravement chier dans leur bled de Normandie… La Chef trouve aussi qu’il y a trop d’Arabes qui leur ont touché le cul dans le métro mais m’affirme, et Seconde confirme, qu’elle les a bien rembarré ! Ce n’est pas l’envie qui me manque de faire comme les Arabes du métro mais je tente une approche plus subtile en jouant le mec plus vieux qui en a beaucoup vu dans la vie… Approche qui ne prend absolument pas car je constate que le rentre-dedans que me fait la Chef, dès que j’y réponds sur le même ton, n’est en fait destiné qu’à épater ses copines…

          Je vide le cubi en écoutant leurs histoires de jeunes filles et leurs gentillettes engueulades. J’essaye même vaguement de creuser dans leurs petites vies et leurs conflits larvés, ayant compris que mon taux d’alcoolémie me disqualifie d’emblée d’une quelconque conquête pour ce soir…

          Je retins que la Chef était une allumeuse très ambitieuse qui comptait bien réussir sa vie, que sa Seconde était une coincée paumée totalement sous son emprise et que le Boulet était, en fait, la plus discrète, la plus maligne et celle qui serrait le plus de mecs en Normandie, ce qui rendait certainement très jalouses les deux autres.

Chef & sa Seconde ont le swag

La Chef & sa Seconde, Parisian Swag

          Lorsqu’elles prirent congés vers 5 heures, j’étais totalement déchiré mais j’assurais tout de même la sortie des poubelles et le retour des derniers clients. Deux heures plus tard, les femmes de chambre et mon collègue de jour s’amusèrent beaucoup de mon état mais m’assurèrent qu’ils n’en toucheraient mot aux autres employés ni à la direction…

          Un an plus tard, le passage de 2013 à 2014 se révéla bien moins alcoolisé mais beaucoup plus chaud… J’essaierai de vous le relater avant 2015…

Publicités

~ par vaillantveilleur sur 28 janvier 2014.

Une Réponse to “Lundi 31 Décembre 2012”

  1. parfois les connes sont jolies, ce qui aide à ne pas désespérer … bien que joies mais vulgaires (ne pas changer le « g » en « v » … je m’égare) …
    bonne année àvous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :